Agence de traduction Lyon : Emoi, émoi... et moi... Peut-on traduire des émotions ?

Traduire les émotions d'une brochure commerciale

Emoi, émoi... et moi... Peut-on traduire des émotions ?

C’est la question qui m’est venue à l’esprit en visionnant la vidéo de Dmitry Abolmasov, étudiant en master CAWEB (Langues et Multimédia) à l’Université de Strasbourg. Cette vidéo, publiée à l’occasion du concours GALA sur le thème « What will the next generation of the language industry look like? », m’a en effet interpellée.

 

 

 

En voici le script :

Our world is international communications and we know how to translate. And in the future it will be possible to translate emotions. And you will feel dialects, slangs, multiple meanings, humor, style. Your emotions, our translation.

 

 

Alors, peut-on traduire des émotions ?

 

La première réponse qui s’impose serait, bien sûr, qu’une bonne traduction se doit de véhiculer les émotions. De transmettre au lecteur le style du texte source, d’exprimer le caractère amusant d’une blague ou la transgression d’un argot. Un texte rédactionnel sans émotion n’est qu’une coquille vide, une suite de mots qui ne font pas sens. L’erreur principale, d’ailleurs, de nombreuses traductions consiste à traduire scrupuleusement l'enchaînement des mots qui composent un texte sans que celui-ci n'ait de sens.

 

Je raconte souvent cette demande de devis reçue il y a quelques mois. Le client, inquiet, nous demandait de corriger la traduction pour l’améliorer. J’ai parcouru l’ensemble du site Internet en question. De belles images, des phrases sans fautes, impeccables. Mais je ne peux toujours pas vous dire à quoi servait le produit connecté commercialisé par ce client. Les phrases étaient de jolies coquilles absolument vides de sens.

 

Alors oui, il faut même traduire les émotions, car c’est ce qui distingue une excellente traduction d’une traduction plus standard. Mais au-delà du jugement "bon" ou "mauvais", c’est surtout ce qui distingue une traduction qui a pu être travaillée et réfléchie d’une traduction contrainte par de trop courtes limites budgétaires.

 

 

Exprimer les émotions des dialectes

 

Mais qu’en est-il des dialectes et des expressions idiomatiques dans une langue qui, une fois traduites, perdent leurs saveurs exotiques ? Aux antipodes de la transcréation, qui permet de s’affranchir du texte source pour exprimer, de manière naturelle dans sa langue, le concept exprimé, ne faudrait-il pas, parfois, ne pas « traduire » certaines phrases ?  

 

Je vous propose ici une « transcrémotion », procédé qui permettrait d’informer le lecteur sur le sens d’une expression étrangère, tout en conservant son phrasé, ses images. En deux mots, qui donnerait l’équivalent d’une expression dans notre langue, tout en explicitant pleinement la beauté de la métaphore de la langue d’origine. Ce serait le compromis idéal pour la traduction de formulations plus proches de la poésie que de la prose, habituellement difficiles à « transcrémotionner ». 

 

 

Que sueñes con angelitos!

 

Fais de beaux rêves

Traduction idiomatique

Que tes songes soient peuplés de petits anges !

Transcrémotion

 

 

Bien évidemment, ces choix doivent être prescrits et assumés par le commanditaire, agence de communication ou client.

 

Qu'en pensez-vous ? La transcrémotion, une prestation d’avenir ? 

 

 

Contact & devis gratuit